• Frédéric BOURDIN

Le Springbok, symbole de l'Afrique du Sud

- Circuits Namibie Essentielle, Namibie Aventure, Botswana Saison Verte -


Antidorcas marsupialis. Ressemblant de loin à la gazelle de Thompson, le springbok est reconnaissable à son pelage marron clair, une bande marron foncé sur les flancs et un ventre blanc. Le mâle et la femelle ont des cornes en forme de lyre d'environ 35cm (record 49cm). Le springbok mesure 75cm au garrot et pèse de 35 à 50kg.

On le trouve partout en Namibie, sauf à l'extrême nord et dans la bande de Caprivi. Herbivore, le springbok se nourrit généralement de graminées, de feuilles, de pousses et de bourgeons. Il boit tous les jours s'il peut, mais en cas de pénurie, il peut se passer totalement d'eau en se nourrissant de racines et de tubercules. Les springboks vivent en troupeau de quelques individus à plusieurs centaines voire milliers (dépendant de la saison et de la région) . Le groupe est composé de mâles non territoriaux, et donc inaptes à la reproduction, de femelles et de jeunes. Les mâles territoriaux vivent en solitaire et marquent leur territoire à l'aide de latrines.

Pour faire face aux prédateurs, le springbok fait des bonds qui peuvent atteindre 2 mètres de haut, la tête penchée vers l'avant et le dos arc-bouté, une crête de poils blancs hérissée sur le dos. Les sauts sont accompagnés de sécrétions anales collantes qui possèdent une forte odeur. Ceci a pour but d'envoyer un signal olfactif aux autres membres de la troupe qui n'auraient pas repéré les signaux visuels traduits par les bonds. Les plus vigoureux sont ceux qui sautent le plus haut. Ils ont plus de chance d'échapper aux prédateurs. Les jeunes effectuent aussi de formidables bonds, mais plus par jeux que par apprentissage. Ils aiment aussi se courser les uns les autres.

Pour s'adapter aux conditions difficiles des régions désertiques, le springbok limite ses déperditions en eau en concentrant son urine et en limitant l'humidité dans ses excréments. Il ne perd pas d'eau par transpiration, mais régule sa température par halètement, en restant à l'ombre durant les heures chaudes de la journée, et en se nourrissant la nuit quand les plantes sont le plus gorgées d'eau (y compris les herbes sèches).

La femelle peut se reproduire dès l'âge de 7 mois. Après une gestation de 6 mois, elle donne naissance à un petit. Les springboks n'ont pas de période de reproduction précise. On observe cependant plus de naissances au début de la saison des pluies (décembre - janvier). Dans une année toutes les femelles peuvent se reproduire contre seulement 20% des mâles. (uniquement les mâles territoriaux). La copulation est très rapide, la femelle ne s'arrêtant même pas de marcher ! Le bébé springbok est caché pendant les 2 premiers jours après sa naissance, jusqu'à ce qu'il soit stable sur ses pattes. Il rejoint ensuite sa mère et le groupe. Il a besoin d'un mois pour avoir la même accélération qu'un adulte.

Espérance de vie : 10 ans. Prédateurs : Guépard (80% des captures de springboks à Etosha), léopard, lion, hyène brune, hyène tachetée, lycaon.