• Frédéric BOURDIN

Moment magique à Etosha

05h15. Halali Camp, Etosha National Park, Namibie.

Réveil matinal après une bonne nuit de repos. Pliage de la tente située sur le toit du 4x4, collation express, toilette rapide et départ en direction de la porte principale du camp. Il est presque 06h00, nous sommes le deuxième véhicule à patienter devant la barrière. Nous devons attendre les premiers rayons de soleil, les portes n’ouvrant qu’à l’heure officielle de son lever.


Ça y est, les rangers ouvrent enfin ces portes qui nous protégeaient de la faune sauvage omniprésente à l’extérieur. Ici, ce sont les hommes qui vivent enfermés. Interdiction de sortir du véhicule dans le parc national ! Seuls les camps et les espaces spécialement aménagés entourés par des grillages sont les endroits où vous pouvez descendre de voiture. La nature est ainsi préservée, protégée, de même que les voyageurs qui sont en totale sécurité.


Nous décidons de nous engager sur la piste secondaire d’Elands Drive. A Etosha, les pistes sont facilement praticables, au contraire de celles que l’on peut trouver dans les zones reculées de Namibie. Il n’empêche que venir ici en véhicule de tourisme standard, même si cela est possible, reste déconseillé. Les pistes gravillonnées sont de véritables pièges pour les pneus et les crevaisons sont nombreuses. La solidarité, - ici ou ailleurs en voyage -, reste toutefois de mise. Ce couple d’Hollandais ne savait pas changer la roue crevée de leur voiture…


Après 20 minutes sur notre piste, désormais complètement esseulés et en pleine immersion dans ces paysages de brousse sauvage, nous ne nous doutions pas que nous allions vivre dans les minutes suivantes, ce qui resterait comme l’un des plus grands moments de nos nombreux voyages.

Au détour d’un virage, le long de la piste, à une dizaine de mètres seulement de notre 4x4, nous tombons sur une troupe de lions en plein petit-déjeuner ! Leur zèbre fraichement chassé, sur lequel le chef de famille et roi de la jungle s’était déjà rassasié, constituait un sacré repas pour les lionnes et lionceaux. Nous restons là, seuls, pendant près d’une demi-heure à admirer et observer cette dizaine de félins dévorer leur proie en toute sérénité. Quel spectacle ! Moteur arrêté et fenêtres ouvertes, nous chuchotons pour échanger nos sensations uniques dans ce moment d’enchantement. Les clics de l’appareil photo sont constants ! Nous ne pouvons nous empêcher de mitrailler la scène mais n’oublions pas d’en observer chaque détail.






Un bruit de moteur approchant nous rappelle que nous ne sommes pas seuls dans le Parc. Un autre couple arrive derrière nous, nous lui faisons signe de ralentir et lui indiquons les lions. A leur tour d’être émerveillés par cette scène de chasse que tout amateur de safaris espère vivre un jour. Après en avoir bien profité, nous décidons de leur laisser le privilège de la contemplation privée. Moment magique, moment inoubliable.


L’écosystème d’Etosha est très propice à ces scènes de chasse. Les herbivores y trouvent toute l’alimentation nécessaire et les nombreux points d’eau viennent étancher leur soif. Les prédateurs y sont donc tout naturellement à leur place, cachés dans certains secteurs par les herbes hautes, les broussailles et arbustes, qui leur offrent des postes de chasses idéaux. Le Parc National d'Etosha, immense désert salin avec de belles zones de brousse, est l'une des plus grandes réserves animalières d'Afrique, abritant notamment 114 espèces de mammifères et 340 espèces d'oiseaux.


Vous aussi vous rêvez de vivre une telle aventure ? Alors rendez-vous ici : https://www.andarela.fr/circuit01-na-es-sd-ca